Hameaux côtiers

La zone d’origine de Bellano, la plus proche des eaux du lac de Côme, compte de nombreux hameaux riches en trésors artistiques.

Ils sont tous dotés d’une église ou d’un oratoire, dont la plupart existaient déjà avant la fin du XVIe siècle, comme en témoigne la liste des actes de la visite pastorale de l'évêque de Côme Feliciano Niguarda.

Si l’on prend la direction du versant gauche, baigné par le torrent Pioverna, dans la position la plus élevée, on se rend à Pennaso. Située le long de la route qui mène à Valsassina, ce village est connu pour son ancienne Porte à travers laquelle les habitants de Bellano, avec d’autres populations voisines, repoussèrent les soldats de la République de Saint Marc. La fortification du hameau faisait autrefois partie du système fortifié plus large du Lac de Côme et de la Valsassina. À l’intérieur du réseau d’observation, à partir de ce point, on pouvait communiquer avec les tours de Taceno et Sommo Incino, Assogno, Inesio et Bagnala. Les spécialistes s’accordent à dire que la grande valeur stratégique du site remonte à l’époque romaine.

À Biosio, on découvre un petit oratoire dédié aux saints François de Paule et Philippe Néri du XVIIIe siècle.

Le hameau est constitué d’un petit groupe de maisons à gauche du temple et il est entouré d’une grande étendue plantée d’oliviers.

Ce n’est donc pas un hasard s’il accueille l’huilerie la plus septentrionale d’Europe, où l’on produit l’huile « Olio D.O.P. dei Laghi Lombardi ».

Biosio

Biosio sur le lac de Côme

Un peu plus bas se trouve le village de Bonzeno, où se distingue l’église blanche dédiée à saint André, dont le Parvis s’avance vers le lac et que l’on rejoint par un escalier abrupt le long duquel sont disséminées les chapelles du Chemin de Croix. Le hameau est l’un des plus peuplés du pays et il a connu un important développement urbain ces dernières années.

Bonzeno

Bonzeno

En suivant un tronçon du célèbre Sentiero del Viandante (Sentier du voyageur), on arrive au village de Rivalba. Constitué d’un très petit nombre de maisons qui conservent les caractéristiques rurales du passé avec la pierre visible, il abritait autrefois une source sulfureuse appelée Tartavallino dont il ne reste plus aucune trace aujourd’hui. Un peu plus au sud du village, le long du Sentier, se trouve la petite église typique dédiée à la Beata Vergine qui remonte à la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Tramonto ad Oro

Coucher de soleil en or

Sur l’autre versant baigné par la Pioverna, le premier hameau que l’on rencontre en contrebas est Oro.

Le village, auquel on ne pouvait accéder par la route carrossable que dans les années 1970, est composé de petites maisons disposées verticalement dans l’axe du torrent qui le traverse.

Au point le plus bas de la vallée se trouve l’église dédiée à saint Gothard dans laquelle on a retrouvé un ancien missel portant la mention de la destruction de l’église prépositurale en 1341.

En marchant en direction du nord, on laisse le Sentiero del Viandante pour gagner de l’altitude ; on aperçoit un peu plus bas les maisons de Grabbia et on atteint le petit village de Verginate. Déjà mentionné dans des documents historiques comme un hameau de Bellano, le village est aujourd’hui une agglomération urbaine, mais le paysage que vous pouvez admirer et qui embrasse l’autre branche du lac de Côme en fait un lieu plein de charme romantique. Les maisons, récemment rénovées, abritent désormais des résidences secondaires et des maisons de vacances, sans perdre leurs caractéristiques du passé.

En continuant à remonter le sentier, qui prend maintenant la direction du sud, on rejoint le village de Pendaglio, où la petite église dédiée à saint Dominique offre l’une des vues les plus dégagées sur le centre du lac. Le hameau est traversé par l’ancienne route que les Lansquenets avaient empruntée en 1629 et qui est mentionnée dans les actes de l’évêque Feliciano Ninguarda : « Item sopra Gor, alla montagna un miglio et mezo, vi è un’altra villa de fochi 5, chiamata Pendai ».

En poursuivant le sentier, au-delà de la Valle dei Mulini, qui doit son nom à la forte concentration d’installations qui exploitaient ses eaux pour moudre le grain et comme force motrice pour les machines-outils, on aperçoit le village de Costa et plus loin celui d’Oro. Après un court trajet sur la route provinciale de Vendrogno, on rejoint enfin le hameau de Gora : un endroit idéal pour ceux qui aiment la nature et le silence. Ce petit groupe de maisons est lui aussi mentionné dans les actes de Ninguarda : « Item andando verso Dervio, lontano da Bellano mezo miglio, vi è una villetta de fuochi 2, detta la Costa. Item dalla Costa verso Dervio, mezo miglio lontano, vi è un’altra villa de fochi 6, detta Gor, con una capelleta ».

D’ici, on s’engage sur le sentier qui perd doucement de l’altitude et longe la chapelle du Miracle : un point où l’on peut se recueillir et s’immerger dans l’atmosphère mystique qui se dégage de ces lieux. En continuant, guidés par la vue du Sanctuaire, on atteint le cimetière du temple du hameau de Lezzeno. Le bourg, à gauche de l’église, compte en fait deux groupes de maisons : le premier, le plus proche du sanctuaire, porte le nom de Lezzeno proprement dit,  tandis que le bourg situé au nord est appelé « Valletta », probablement parce que ses maisons ont été construites sur les rives d’un ruisseau. Les actes de Ninguarda racontent qu’ « item da canto della sudd.a terra d’Imbriaco vi è una villetta de fochi 2, detta Lescien » sans mentionner bien entendu le sanctuaire posthume. En revanche, on sait avec certitude qu’il existait un petit oratoire dédié à saint Joseph, probablement situé à l’autre extrémité de la ville, dont il ne subsiste rien aujourd’hui si ce n’est le culte du saint, patron du hameau.

On laisse le Sanctuaire derrière soi, et on continue le long du Sentiero del Viandante en direction du sud vers le hameau d’Ombriaco. Ce lieu caractéristique d’origine ancienne est le deuxième hameau le plus peuplé de Bellano. À noter, au cœur de l’agglomération, l’Oratoire du XVe siècle dédié à saint Bernard et à saint Sébastien ; malgré la dédicace du temple, cependant, les habitants du village fêtent chaque année saint Vincent, pour commémorer des événements qui ont concerné un tableau qui le représente. Dans les actes de Ninguarda, on lit : « item mezo un altro miglio sopra Bellano vi è un’altra villa de fochi 10, detta Imbriaco, con la chiesa di S.to Bernardino ».

frazione Ombriaco

Ombriaco

En quittant les maisons d’Ombriaco, on monte le long du  sentier muletier abrupt qui mène au hameau le plus haut de Bellano, à l’exception bien sûr de ceux qui constituent la Muggiasca qui s’enorgueillissent d’une altitude bien supérieure. Il s’agit du hameau de Pradello dont parle l’évêque Ninguarda : « Item duoi miglia sopra Bellano, per andar in Valsassina, vi è una villeta chiamata Pradel ». Non loin du village se dresse l’église dédiée à saint Charles Borromée, construite entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle. Jusqu’au 31 décembre 2019, le village représentait le dernier avant-poste vers Vendrogno, et le point culminant de la commune.

Abonnez-vous à notre Newsletter

Nous utilisons Mailchimp comme plateforme de marketing. En cliquant ci-dessous pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour être traitées. En savoir plus sur les pratiques de Mailchimp en matière de confidentialité ici.